Astuce anti-stress : accueillir ses émotions

Astuce anti-stress : accueillir ses émotions

 

Dès le plus jeune âge nous entendons « n’aie pas peur », « ne sois pas triste », « ne pleure pas », les plus colériques parmi nous peuvent y rajouter « arrête de crier », « relève-toi, se lancer parterre, ça ne se fait pas » ….

On nous apprend donc à se couper de nos émotions. On nous apprend que le regard des autres est plus important que s’écouter. On nous fait comprendre que nos émotions ne sont pas bonnes ou déplacées. Par conséquent, en tant qu’adulte, nous avons souvent perdu le lien avec nos émotions. Par nos expériences, nous avons pris l’habitude de les cacher, de les ignorer, de les « déguiser », de les étouffer. En tout cas, c’est ce qu’on croit …

Malheureusement, toutes ces manœuvres de camouflage ne vous servent à rien. Puisqu’elles sont là, vos émotions. Elles font partie de vous à part entière et les ignorer ne va qu’empirer les choses. Par le fait d’essayer de s’éloigner de nos émotions nous n’arrivons même plus à les identifier. Imaginez un être humain sans émotions. Est-ce encore un humain ? Et pourtant, parfois, on essaie de l’être.

Résultat des courses : nous perdons notre équilibre, nous ne fonctionnons plus comme il faudrait et nous nous bloquons face à des changements, des situations complexes ou des relations difficiles. Et ceci nous crée du stress.

Que faire alors ?

Il est important de se reconnecter à ses émotions. Les laisser venir, apprendre à les identifier, les accueillir. Nos émotions veulent nous dire quelque chose. Et il serait encore plus intéressant d’identifier ce qu’il y a derrière nos émotions.

Si nous identifions une peur, il serait intéressant de se demander à quoi elle est liée. Qu’est-ce qui nous fait réellement peur ?

Une colère qui se pointe, elle est provoquée par quoi exactement ? Qu’est-ce qui nous met dans cet état ?

La tristesse qui nous submerge ? Qu’avez-vous perdu de précieux qui vous rend triste ?

Même la joie risque d’être refoulée. Alors on peut se poser la question qu’est-ce qui nous empêche de l’exprimer ?

Et si chaque émotion labélisée « indésirable » dans notre culture avait aussi un côté « désirable » ?

La peur est un signal d’alarme d’une situation projetée dans le futur. C’est l’identification d’une ignorance. Comment va être la situation souhaitée ? Elle mobilise une sorte de « check », de contrôle qui peut être nécessaire et sécurisante pour atteindre l’objectif souhaité. Elle nous stimule à apprendre, à trouver des solutions.

La colère est une manifestation d’un désaccord par rapport à une situation présente ou passée. Elle peut activer la créativité pour trouver des solutions à améliorer la situation contestée.

La tristesse est liée à un événement du passé et peut mobiliser en nous des forces à vouloir reproduire, reconstruire voire dépasser la valeur perdue.

Et finalement, la joie au moment où elle est perçue comme déplacée, elle vit dans le présent, le moment même. C’est l’énergie pure, constructive. Elle est génératrice d’équilibre et permet de faire les bons choix au bon moment.

Et alors ?

Permettez-vous de vous reconnecter à vos émotions avec un regard nouveau et en vous posant les bonnes questions qui vous permettent d’identifier les vraies sources de vos émotions.

Déjà cet exercice va vous procurer plus de calme dans une situation de stress pour mobiliser vos ressources à vous en sortir, à trouver une solution.

Essayez-le !

Et si vous n’y arrivez pas, sachez que nous sommes tous capables de désapprendre à se couper de ses émotions pour réapprendre à se connecter. Mais parfois c’est plus rassurant de le faire de façon accompagnée.

Dans ce cas : contactez-moi !

Share this:
Comments are closed.