Browsed by
Catégorie : Allgemein

From mind shift to leader shift or How to succeed in organizational transformation?

From mind shift to leader shift or How to succeed in organizational transformation?

(This article is only available in English)

60 – 70% of all changes introduced today are failing because of a gap between imposed organizational methodology and a lack of leadership capacity to really bring these changes to success and leaders to adapt themselves to the methodologies they introduce.

If you’d rather be part of the other 30 – 40% that guide change to success, start with a mind shift in leadership and anchor the new way of acting in a sustainable way.

How to achieve a successful switch from traditional organizational functioning to an agile, collaborative or even sociocratic functioning (cfr meaning of “teal organizations”)?

All successful change starts with a switch in the way leadership is guided at the top of the organization. Simply introduce a new working methodology or a new way of working is not enough. Per definition, these organizational changes touch deep values and therefor leadersnot only have to change the way they act and behave, they have to change the way they ARE. When you touch values of a company, you also touch the values of the people inside the organization. And when you change values you change the way you are.

In today’s world, organizations need to be flexible and be able to act and react rapidly in markets that move at an accelerating pace. It’s a movement we cannot stop. And the idea to introduce methodologies and processes to support this ability to actare certainly useful. We need agile ways of working, ADKAR(which is based on the principle of Awareness, Desire, Knowledge, Ability and Reinforcement) as a change management methodology, Design thinking approaches to accelerate innovation, collaborative ways to strengthen the way we work together. All these are oriented towards the organization reaching their targets faster and, what we think, in a better and more efficient way.

But the “better and more efficient way” is a myth as long as you do not integrate a serious and profound program to accompany the leaders of the organization in their path of value change. Because most Humans are per definition not agile, are inflexible and change adverse, even leaders who they think they are flexible and agile themselves, in reality will need to change their own behavior and even more important their value system if they want to lead their organization towards a new way of working.

The observations we make of today’s organizations are proof enough of inadequate leadership: increased levels of stress, anxiety, burn-out, long-term sick leaves, demotivation to name a few. Finally, we even do not really reach the defined business targets or at least we underestimate the damage we cause on the way to meeting these targets.  But it doesn’t have to be this way.

We think that our leaders, having taken the decision to switch to mobile working, agile working, change working, … whatever new way of working are ready themselves to guide these changes. We work with change managers that are trained in agile methodologies, collaborative ways of working, design thinking methodologies, ADKAR and many more. And all this is very useful, no doubt. But we forget that most of these leaders are not really, fully ready for these changes themselves. They underestimate that their way of working first needs a serious mind shift which will not be reached without external help. And you need brain-based approaches to reach this mind shift and to learn to act accordingly. It is even not enough to think differently, it’s important to act and behave differently and to change your inner values. This is the most difficult part in the introduction of all change. If you want to make people act differently, as a leader, you need to change yourself first.

Change can only be successful if you have gone through a sustainable, humanly ecological and sane way to become a different and, we would claim, a better leader.

How to reach this shift in being? How to become a different leader that guides change to success?

Here are the 6 inevitable steps to leader shift:

  1. Self-reflection: Define your KBI’s (Key behavior indicators): what behavior as a leader do you need to guide the defined change and in what way does this touch your deepest values?
  2. Consciousness: Which of these KBI’s and values do you already have instinctively and automatically and are recognized as such by the whole organization?
  3. Gap analysis: which KBI’s and values do you not yet embodybut are essential to succeed in change?
  4. Obstacle analysis: What hinders you today to fully integrate these values and make a habit of these behaviors in your way of being?
  5. Change definition: Define how to change your present way of being?
  6. From mind shift to behavior shift to leader shift: revise your values and create new habits: become a new YOU = a leader that guides the defined change successfully. Be yourself the change you want to introduce in your organization (I’m not the first one to say this, I guess you know, but it still is a truth in my eyes). From thinking differently towards acting differently and finally being different.

This is a long path but it always starts with self-reflection. Think of a change you would like to make, and then think of implementing this.  What will your company or team tell me if I ask them to describe what has changed visibly in your behavior as a leader since change has been announced? And in what way would your changed behavior have helped them in their new way of working?

If you succeed in transforming your value change into tangible change of behavior, you are on your way to becoming one of the 30-40% leaders who will develop the leadership capability to successfully tackle the future and bring about personal and organizational success. As a leader you can never enforce change you can only change yourself and be the example to follow.  And you will observe that your targeted change will come true successfully.

It’s not about what you say as a leader it’s about who you are and how you make others feel as a leader that makes the difference. That is what change is all about.

 

Ulrike Hanig – Human Change Facilitator

Share this:
Comment changer votre regard sur le stress au bureau ? Les cinq astuces à retenir !

Comment changer votre regard sur le stress au bureau ? Les cinq astuces à retenir !

 

Deux personnes sur trois vivent régulièrement du stress à leur travail. C’est énorme !

Si vous en faites partie je ne peux que vous conseiller de lire la suite.

Notre environnement est fort exigeant. Il faut toujours faire plus, plus vite, avec moins de moyens etc. La technologie nous avance énormément. Hélas, simultanément, elle nous demande de la flexibilité et une grande capacité de s’adapter en permanence à des nouvelles situations.

Et là, l’être humain en lui-même, n’est pas forcément le grand champion de l’adaptation. Pour différentes raisons d’ailleurs.

Tout d’abord, il faut comprendre ce que c’est, le stress.

Dans l’évolution de l’être humain, le stress, initialement, nous servait à réagir instinctivement dans des situations qui menaçait notre vie. Dans le temps des Cro-Magnon cette menace venait essentiellement des animaux sauvages. En cas d’attaque, il fallait se sauver, soit en tuant l’animal soit en lui échappant par une course rapide. Dans certains cas, se figer ou « jouer le mort » pouvaient également être une solution.

Bref, les caractéristiques du stress étaient : une menace de notre vie qui exigeait une réaction rapide pendant une courte durée.

Notre environnement a changé. Hélas, la partie de notre cerveau responsable pour nos réactions de stress n’a pas tellement changé.

Aujourd’hui, nous ne sommes plus face à des animaux sauvages.

Qu’est-ce qui fait alors que nous stressons ?

C’est l’interprétation par notre cerveau des messages qui nous sont envoyés de l’extérieur et qui sont transformés en pensées (souvent négatives) et émotions (du style peur, méfiance, perception d’agression etc). La grande différence est que l’événement extérieur (le stimulus) ne menace plus réellement notre vie. Malheureusement, notre cerveau ne voit pas la différence entre une réelle menace extérieure (l’animal sauvage) et la menace créée par nos pensées et nos émotions qui se forment dans notre tête et notre corps. La réaction est la même : production d’adrénaline et de cortisol pour préparer notre corps à une réaction rapide. Il s’agit donc, quelque part, d’une mauvaise interprétation par notre cerveau avec comme conséquence une réaction incohérente par rapport à l’événement initial.

Non seulement que nous réagissons de façon incohérente, nous réagissons également sur une durée beaucoup plus longue, puisque les pensées dans nos têtes ne s’arrêtent pas ; contrairement à l’animal sauvage dans le temps qui se faisait tué ou qui prenait la fuite lui-même.

C’est cette exposition répétée et longue qui est néfaste pour notre santé.

Que faire alors ?

5 astuces pour diminuer votre niveau de stress :

 

  1. Devenir conscient du fait que, quelque part, votre cerveau vous joue un sale tour. Poser vous des questions comme :
    « Je stresse, quel est l’élément ici qui menace ma vie ? »
    « Qu’est-ce qui se passe réellement ? »
  2. Changez votre regard sur la situation : « si je ne suis pas dans une situation qui menace ma vie, quelle serait une autre interprétation possible ? Dans quel genre de situation suis-je ? »
  3. Acceptez les choses que vous ne pouvez pas changer ou sur lesquels vous n’avez pas d’impact et concentrez-vous sur les éléments que vous pouvez changer, notamment tout ce qui se passe dans votre tête.
  4. Cherchez votre calme intérieur : contrôlez votre respiration, si nécessaire, prenez de l’air, bougez. Ce n’est que sur base d’un calme intérieur que vous trouverez d’autres solutions qui vous permettront de vous sortir de cette situation de stress.
  5. Et finalement, une fois trouvé le calme, vous aurez gagné la faculté de développer une autre vision sur la situation qui vous permettra de trouver des solutions plus facilement, à réagir autrement, sans énervement, sans envie de claquer la porte ou à perdre les pédales.

Facile à dire, tout cela, vous vous dites peut-être maintenant ?

Dans ce cas je peux vous rassurer que ceci s’apprend. Pas du jour au lendemain peut-être mais au fur à mesure, petit à petit, on se rend compte qu’il y a la possibilité de réagir autrement.

Si cet apprentissage ne vous paraît pas simple, je ne peux que vous inviter à vous faire accompagner dans ce changement soit par un accompagnement personnel soit en participant à un de mes webinaires ou une de mes formations sur le sujet.

Suivez ma page facebook pour rester informer sur les différents événements ou contactez-moi pour plus de renseignements. C’est gratuit et sans aucune obligation.

Et si vous avez des ami(e)s qui stressent, partagez cette information avec eux.

Share this:
Finies les vacances : comment mieux gérer votre retour au boulot

Finies les vacances : comment mieux gérer votre retour au boulot

Bien sûr, le rythme des vacances nous fait du bien : on dort plus, on fait des choses qu’on a envie de faire ou on se permet de ne rien faire si c’est l’inspiration du moment. Flâner sur les marchés, se permettre une cuisine de produits frais et énergisants, profiter du beau temps à la piscine ou en ballade. En tout cas, bien souvent, on vit un vie plus cool à l’extérieur. Bref, que du bénéfique pour notre organisme si stressé le restant de l’année. Et quand on rentre de vacances on a juste envie de commencer à organiser les suivantes.

Il y a une longue liste d’emails qui nous attend à notre retour. Les dossiers accumulés et non traités pendant notre absence et si, en surcroit, on fait juste le relais avec le collègue qui vient de partir au moment de notre retour, on hérite éventuellement encore les dossiers urgents en route que l’autre n’a pas pu terminer avant son départ.

Bref, une avalanche d’obligations qui nous attend avec impatience et, de notre part, aucune énergie d’attaque parce que, dans notre tête, on aurait tellement préféré de rester en vacances.

Et hop, tous les éléments bénéfiques des vacances partent en fumée déjà quelques jours après notre retour. AU SECOURS !!!

On a beau à essayer de prolonger cette sensation de vacances en se permettant le petit verre de Rosé sur une terrasse après le boulot, le piquenique en famille le week-end ou cette promesse qu’on s’est faite lors des vacances d’acheter plus de produits au marché … la routine nous rattrape.

Pourquoi ?

Rester dans la nostalgie des vacances passées ou se projeter déjà dans les vacances suivantes ne va pas, dans la réalité, vous aider à mettre votre énergie dans le présent : votre retour au travail.

C’est donc très souvent notre déconnexion du présent et notre attitude par rapport à notre travail qui nous plonge dans cette situation de stress. Ce fameux « stress du retour des vacances ».

Mais les sources de stress peuvent varier d’une personne à l’autre :

  • Certaines personnes avancent par un besoin de contrôle : « je dois tout savoir ce qu’il s’est passé pendant mon absence. »
  • D’autres par un ressenti d’obligation : « il faut que je ressoude tous les problèmes qui se sont accumulés pendant mon absence. Et il faut que je le fasse au plus vite. C’est mon boulot.»
  • Et encore d’autres, sont poussé(e)s par une peur que l’on pourrait se passer d’eux : « Dès mon retour je m’occupe de tout ce qu’il n’a pas été traité pendant mon absence pour bien montrer qu’ils ont besoin de moi. »

Est-ce que votre tête vous fait des caprices ?

Faut-il réellement être au courant de TOUT ce qu’il s’est passé pendant votre absence ? Ou c’est juste votre ambition, votre besoin de contrôle qui pointe son nez ? Il est où le lâcher-prise pratiqué pendant les vacances et votre capacité de relativiser ?

Et, selon vous, qui attend réellement que vous ressoudiez tous les problèmes ? Qui d’autre que vous vous empêche réellement de faire à votre rythme ? Est-ce que cette attente a été prononcée ? Et si la pression vient réellement de quelqu’un d’autre, réfléchissez comment aborder le sujet à trouver une solution avec cette autre personne.

Et finalement, qui attend de vous que vous rattrapiez tous les dossiers non-traités des X dernières semaines ? Sans doute qu’il y a un bon nombre de problèmes qui ont déjà été résolus ou qui, tout simplement, se sont résolus par eux même avec le temps (et oui, ça arrive). Donc, cette obligation de vouloir vous rattraper après votre absence n’est-ce pas plutôt un besoin de prouver qu’on a besoin de vous ? Dans ce cas, n’y a-t-il pas un moyen plus constructif et moins stressant de vous rendre utile ?

Beaucoup de nos stress naissent dans nos têtes. Nous avons des croyances qui nous poussent à agir d’une certaine façon et, souvent, dans la réalité, nos réactions ne sont que peu adaptées à la réalité. Hélas, notre cerveau n’a pas cette intelligence de distinction : stress réel ou une création de nos pensées ?

Que faire alors ?

Aider votre cerveau à sortir de son stress en se posant les bonnes questions comme par exemple :

  • Et si j’acceptais que, dans la réalité, je ne sois jamais réellement au courant de tout?
  • Et si j’essayais de me replonger dans mon travail autrement, cette année ? Par exemple en me concentrant sur ce qui arrive maintenant et pas ce qu’il s’est passé pendant mon absence ?
  • Et si personne n’attendais rien de moi et c’était à moi de définir comment j’organise mon retour de vacances ? Je ferais comment ? Qu’est-ce qui serait différent, et qu’est-ce qui m’empêche de le faire ainsi dans la réalité ?
  • Et si je me permettais de plus profiter des choses que j’aime dans mon travail et simplement accepter ce que j’aime moins pour minimaliser l’énergie que me coûtent ces tâches-là ?
  • Et si je ne dépendais pas de ce que je crois que les autres attendent de moi, est-ce que je stresserais autant ?

Se permettre de s’arrêter dans une situation de stress pour mieux comprendre ce qu’il se passe est déjà un bel avancement. Essayer de retrouver son calme et de se poser des questions comment on pourrait réagir autrement diminue très souvent déjà le niveau de stress. Et si on arrive à prendre la décision de se trouver même du plaisir dans des choses qui très souvent nous stresse, en adoptant une attitude de curiosité, de relativisation et d’acceptation la vie devient beaucoup plus simple.

Les vacances sont passées. Nos souvenirs resteront. Hélas, c’est une réalité. Acceptez-là !

Au lieu de s’attacher au passer ou plonger dans l’avenir, il vaut mieux trouver la meilleure façon de vivre le présent. Prendre distance des éléments stressants qui nous empêchent de vivre le présent pleinement.

Plus facile à dire qu’à faire, vous dites ? Dans ce cas, réfléchissez à vous faire accompagner par un coach professionnel. Il vous guidera envers une vie avec moins de stress et plus d’épanouissement. A vous de choisir quelle vie vous souhaitez mener !

Si le contenu de cet article vous plaît, partagez-le avec vos amis qui ont peut-être les mêmes problèmes.

Les questions ou suggestions sont toujours les bienvenues sur ma page Facebook

Share this:
Ca vous arrive-t-il de vous dire « j’en ai marre de ma vie » ?

Ca vous arrive-t-il de vous dire « j’en ai marre de ma vie » ?

Nous vivons dans un monde un peu fou ? Vraiment ? Ou ce sont nous qui devenons fous dans ce monde ?

Beaucoup de gens vivent dans un train-train quotidien du style enfants – boulot – dodo et subissent leur vie. Ils sont fatigués, voire épuisés de leur quotidien qui, dans la réalité, ne leur procure que peu de plaisir. Il est où le sens de la vie ?

Les conséquences de ce genre de vie sont néfastes pour nous et la société :

  • Le nombre de personnes en congé de maladie de longue durée n’a jamais été aussi élevé : maux de dos, burn out, problèmes cardio-vasculaires …
  • Une longue exposition au stress nous fait également grossir : l’obésité est devenue un réel problème.
  • Notre mode de vie sabote au quotidien notre efficacité aussi bien au travail qu’à la maison.

Pourquoi ?

Parce que nous sommes une population complètement déconnectée et irrespectueuse par rapport à nous même, par rapport à nos besoins en tant qu’humain.

  • Nous croyons devoir travailler 12 heures ou plus par jour pour prouver que nous méritons notre poste et montrer que nous sommes motivé(e)s et que nous arrivons à gérer boulot, maison, enfants et tout en même temps.
  • Nous croyons devoir conduire les enfants qui ont des agendas de ministre à gauche et à droite pour faire preuve d’être des bons parents.
  • Nous croyons devoir sortir tous les week-ends pour maintenir notre vie sociale si importante mais si ce rythme dans la réalité nous fatigue.

Beaucoup d’obligations semblent s’accumuler dans notre vie si occupée.

Hélas, nous oublions que l’être humain n’est pas une machine. Nous avons besoin de repos, de faire des choses qui nous ressourcent réellement, de sommeil pour pouvoir mener une vie équilibrée et épanouie. Et ne pouvons pas que vivre pour les autres ou nous laisser mener par le stress.

Tout va bien, jusqu’au moment ou ça ne va plus.

Et quand ça ne va plus vous avez le choix entre

  1. continuer à subir votre vie avec toutes ses conséquences ou
  2. décider de changer et de mener la vie qui vous épanouie réellement.

A vous le choix !

Sachez que votre deuxième vie commence quand vous vous rendez compte que vous n’en avez qu’une et elle se vit maintenant.

« Facile à dire » vous dites. Pas si facile que ça à réaliser …

Je suis tout à fait d’accord avec vous. Et c’est là qu’un coach professionnel peut intervenir :

  • à vous guider dans vos choix
  • à vous reconnecter à vos émotions
  • à redéfinir certaines valeurs et priorités
  • à apprendre à dire « non » à certaines choses et « oui » à d’autres
  • à vous permettre d’être vous-même.

La conséquence sera une vie plus sereine, plus équilibrée, plus heureuse et moins stressante.

Que bénéfique pour vous et votre entourage !

Avec de la volonté on arrive très loin.

Et si vous vous faites accompagner, vos objectifs de changement deviennent atteignables.

Est-ce que ceci vous parle ? Alors réfléchissez si le contact avec un coach professionnel, ne fut ce que pour se renseigner sur votre cas individuel, ne vaut pas la peine.

Sachez que vous méritez la vie que vous avez envie d’avoir et pas celle que votre entourage vous impose !

N’hésitez plus ! Contactez-moi, soit en direct ou via ma page Facebook. Je peux vous proposer une approche professionnelle douce mais efficace qui est soutenue par la méthodologie neuro-cognitive.

Vos partages et commentaires sur cet article me signifient beaucoup. Allez-y !

Share this:
Quand le regard des autres gâche notre vie

Quand le regard des autres gâche notre vie

Est-ce que ça vous arrive aussi parfois que vous ayez une terrible envie de faire une certaine chose, un projet, une réalisation mais une petite voix dans votre tête vous répète « qu’est-ce que les autres vont penser … ??? » ou encore pire, la petite voix qui vous répète « ca ne se fait pas ».

Nos valeurs font de nous qui nous sommes.

Nous avons tous appris des « règles de vie », des normes, des valeurs par nos parents, notre entourage, nos expériences. Et c’est ok et c’est important. C’est ce qui fait de nous qui nous sommes.

Il y a des valeurs et des normes qui nous permettent de s’intégrer dans une communauté ou des règles de sécurité pour assurer notre vie.

Hélas, il y a certaines valeurs qui nous empêchent de réellement vivre notre vie.

Quelques exemples:

L’autre jour, j’ai lu un article de témoignage d’une jeune musulmane qui, après 15 ans, a décidé de ne plus vouloir porter le voile.

Sa plus grosse crainte était « qu’est-ce que les voisins vont penser de moi ». C’était ça qui l’empêchait de le faire. Après discussion avec ses parents, qui ne la comprenaient pas mais qui la soutenait, son père l’a invité, en quittant la maison, de venir avec elle.

Sans réfléchir elle a quitté la maison sans réellement se rendre compte qu’elle ne portait pas son voile. C’est un très beau geste de respect qui a permis à cette jeune femme de faire ce qu’elle avait envie de faire. Son père l’a aidé à changer ses valeurs.

Un 2ème exemple est une discussion que j’ai menée avec une amie qui travaille à son propre compte. Elle adore faire des joggings en journée pour se détendre. Sachant qu’elle travaille vraiment beaucoup, elle a besoin de sa course à pied pour s’équilibrer.

Néanmoins, à chaque fois qu’elle court pendant la journée, elle a mauvaise conscience : « … et si un client me voyait courir au plein milieu de la journée, il penserait quoi ?  Certainement que ce n’est pas très professionnel et qu’il préfère acheter ces produits chez quelqu’un qui est plus professionnel que moi. » . Donc bref, elle n’en profite pas vraiment. Au contraire, ça la stresse.

Vraiment, qu’est-ce qu’il peut nous gâcher notre vie parfois, ce regard des autres !

Dans ce contexte j’ai envie de partager une citation de Marc Aurèle (empereur romain), transformée en prière au milieu du dernier siècle :

« Je souhaite avoir la sérénité d’accepter les choses que je ne peux pas changer, le courage de changer ce que je peux changer et la sagesse de distinguer l’un de l’autre. »

En ce qui concerne le regard de l’autre, nous ne pouvons pas le changer. Nous ne pouvons que changer notre propre regard sur ce que le regard de l’autre nous fait ; la petite voix dans notre tête.

Il est donc important de mesurer l’importance de la chose que nous voulons faire et qui nous est empêchée par le regard de l’autre par rapport aux conséquences éventuelles du regard de l’autre.

Qu’est-ce qui pourrait nous arriver réellement? Et qu’est-ce que ceci impliquerait pour nous ? Finalement, serais-je prêt(e) à accepter les conséquences pour me permettre de réaliser mes rêves, ma vie ou simplement me permettre d’être qui je suis ?

Je sais qu’il n’est pas toujours simple de changer son propre regard. Cependant, un changement de regard nous offre une ouverture d’esprit et, avec cela, une permission d’expression.

Nous avons le droit d’être qui nous sommes.

Sachez qu’un coach professionnel peut vous guider dans ce changement.

Si vous avez des questions ou commentaires n’hésitez pas à me les poser ou à les partager avec moi.

Je vous invite également à partager cet article avec vos amis qui sont peut-être face à une petite voix dans leur tête également.

Share this: